Skip to content

Shepard Fairey (1970, Caroline du Sud), est l’artiste derrière le pseudonyme de OBEY GIANT, dont le nom vient de la campagne d’autocollants qu’il a commencé en 1989 quand l’artiste était encore un étudiant universitaire.

Shepard Fairey et ses œuvres

Dès ce moment-là son parcours artistique s’est poursuivi, imprégné dans la culture hip – pop et punk rock.

Dès ce moment-là son parcours artistique s’est poursuivi, imprégné dans la culture hip – pop et punk rock. L’univers du skateboard et du punk rejette l’impulse de se conformer à n’importe quel type de convention. Shepard Fairey, qui construit son cadre de référence sur cette philosophie, decide de transmettre ses valeurs à travers ses messages artistiques, destinés à provoquer une réponse critique chez le spectateur. La campagne « OBEY GIANT », avec le portrait du lutteur français André le Géant, n’a pas un sens réel et ça laisse volontairement place aux interprétations. Fairey invite ainsi le public à réfléchir sur le sens de la liberté et à se rendre compte au même temps de son manque dans le système rigide de la société contemporaine.

Shepard Fairey: son art

En élaborant le desing d’autocollants, d’affiches et de pochoirs, Shepard choisit d’utiliser une palette de couleurs minimaliste, un système de peinture emblématique, un scénario expressif, immédiat et efficace. Le langage artistique qu’il préfère sert à créer une image laconique compréhensible par tous. Si les références à le pop art sont visibles dans la composition de l’image, elles s’éloignent plutôt pour les problématiques traitées car Shepard traite généralement de questions sociopolitiques, des valeurs humanitaires qui canalisent le spectateur vers une prise de position civique. Un exemple est l’image «HOPE» liée au portrait iconique de Barack Obama, devenu un symbole de la campagne présidentielle, créé par Shepard Fairey. Obey Giant a été un tremplin vers une brillante carrière.

Trente ans de carrière

En 2019, la carrière de Fairey atteint l’âge de 30 ans et l’artiste poursuit sa mission originale de créer un univers artistique accessible à tous et qui invite le spectateur à se poser des questions.
Avec son art, Shepard Fairey répond aux circonstances de force majeure, et ses œuvres sont un effort pour lutter contre une situation d’urgence à travers un art provocateur.
Ses œuvres liées à la guerre, à la paix ou à l’environnement sont empreintes de propagande et offrent au spectateur des interprétations polyvalentes.

Shepard Fairey: ses expositions

En 2009, Shepard a été invité à créer une exposition unique intitulée « Supply & Demand » à l’Institute of Contemporary Art (ICA) de Boston, ensuite re-proposée également au Andy Warhol Museum de Pittsburgh, Penn et au Cincinnati Contemporary Arts Center ( CAC), Ohio, obtenant un record de visites dans les trois musées.

En 2011, Shepard a également participé à l’exposition « Art in the Streets » au MOCA Geffen à Los Angeles et en 2014, il a exposé à Charleston S.C., sa ville natale, avec une exposition importante au Halsey Institute of Contemporary Art.

En 2015, lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) à Paris, Fairey a été choisi pour être le premier artiste à installer une œuvre en trois dimensions à la Tour Eiffel: «Earth Crisis Globe». La même année, la fondation HOCA à Hong Kong a présenté une rétrospective sur sa carrière intitulée « Visual Disobedience ».

En 2018, le Moscow Museum of Modern Art à Moscou a consacré une grande exposition personnelle à Shepard Fairey, avec près de quatre cents œuvres exposées. L’exposition, intitulée  « Force Majeure », était la première exposition personnelle de Fairey en Russie, et pour cette raison, elle était particulièrement importante et évocatrice pour la carrière de l’artiste.

En 2019, la carrière de Fairey atteint l’âge de 30 ans et pour l’occasion l’artiste crée une exposition itinérante à travers le monde : «Facing the Giant: Three decades of dissent», une réflexion sur son parcours visant à mettre en évidence à la fois la continuité et l’évolution de son art et les concepts exprimés avec. La même année, il participe à une exposition collective « Post Contemporary Urban Graphics » au MoCa de Shanghai.

Au cours de sa carrière artistique, l’artiste a créé plus de 100 œuvres de street art en Europe et dans le monde entier, dont le Canada, les États-Unis, la Russie, l’Afrique du Sud, Hong Kong. Ses œuvres figurent dans les collections de certains des plus grands musées du monde, notamment le Victoria & Albert Museum de Londres, le San Francisco Museum of Modern Art (SFMOMA) à San Francisco, la Smithsonian National Portrait Gallery à Washington et l’Institute of Contemporary Art à Boston.