Skip to content

Long live the revolution

Paolo Buggiani – Fire sculptures on water, Castello di S. Severa, 1985, courtesy Alberto Griffi

Informations sur l'exposition

Ouverture:

Afficher les dates :

Emplacement:

Horaires d'ouvertures:

Artiste:

Rejoignez l'événement sur Facebook :

samedi 2 décembre 2017, 18h30
du 2 décembre au 24 février 2017
Wunderkammern Roma, via Gabrio Serbelloni 124, 00176 Roma
du mardi au samedi, 16h -19h
Paolo Buggiani, Tomaso Binga, Keith Haring, Richard Hambleton, Ken Hiratsuka

Ouverture:

samedi 2 décembre 2017, 18h30

Afficher les dates :

du 2 décembre au 24 février 2017

Emplacement:

Wunderkammern Roma, via Gabrio Serbelloni 124, 00176 Roma

Horaires d'ouvertures:

du mardi au samedi, 16h -19h

Artiste:

Paolo Buggiani, Tomaso Binga, Keith Haring, Richard Hambleton, Ken Hiratsuka

sous la direction de Giuseppe Ottavianelli

Support critique de Serena Silvestrini et Egidio Emiliano Bianco

Pour la première fois à la galerie Wunderkammern de Rome on expose les œuvres de grands maîtres qui ont marqué l’histoire de l’art contemporain, grâce à leur volonté de sortir des sentiers battus: Tomaso Binga (Salerne, Italie, 1931); Paolo Buggiani (Castelfiorentino, Italie, 1933); Keith Haring (Reading, États-Unis, 1958-1990); Richard Hambleton (Vancouver, Canada, 1954-2017) et Ken Hiratsuka (Shimodate, Japon, 1959).

Art revolution: ainsi dit la devise que Paolo Buggiani a fait sienne jusqu’à ce qu’il l’imprime de manière indélébile sur sa peau avec un tatouage. Pour l’artiste toscan, la révolution est un acte nécessaire pour changer une situation stagnante, c’est un geste perturbateur qui vise à faire progresser. La rébellion, comprise comme la subversion d’un ordre statique, est le moteur du travail de tous les artistes exposés. 

Les œuvres exposées dans Long live the revolution sont reliées les unes aux autres par un motif qui se répète de différentes manières: elles sont conçues pour émerveiller le spectateur, le surprendre pour capter son attention et le conduire à la réflexion et à une conscience profonde de la nécessité d’un changement. Ceci est présent dans les performances de Buggiani à New York, y compris celles dans lesquelles l’artiste, déguisé en Icare, patinait parmi les voitures en circulation provoquant l’étonnement (et parfois la colère) des conducteurs, ou dans ceux de Binga, visant à déchaîner les odieux aspects du patriarcat fermement ancrés dans la culture italienne – et pas seulement – à travers l’utilisation de son corps comme instrument entre les mots récités et les spectateurs impliqués. Ainsi que dans les interventions pleines de messages socio-politiques lisibles faites par Keith Haring sur les panneaux publicitaires du métro new-yorkais. Dans la même métropole, les ombres urbaines de Hambleton prenaient par surprise les passants à des coins de rue inattendus. Le sentiment de «révolution nécessaire» se ressent aussi dans les lignes infinies d’Hiratsuka qui semblent ne jamais s’arrêter, comme pour enfermer en elles toute l’humanité sans distinction de sexe, d’ethnie ou de religion, unissant les êtres humains dans une seule forme de communication universelle. Des œuvres historiques ainsi que des œuvres plus récentes sont exposées. 

Ph. di Alessio Paniccia

INSTITUTIONAL PATRONAGE

Municipio Roma V

PARTENAIRES CULTURELS

IED – Istituto Europeo di Design

PARTENAIRES MÉDIAS

ArtsLife

Face Magazine

Arsity

Zero

PARTENAIRES TECHNIQUES

Ceres

Casale del Giglio

Dalodi

Eurograph

Envoyez-moi le catalogue

Artistes associés