Skip to content

Pure Evil – Not my circus, not my monkeys

WK_PureEvil_Notmycircusnotmymonkeys
WK_PureEvil_Notmycircusnotmymonkeys_installationview_creditsEmanueleScilleri_1
WK_PureEvil_Notmycircusnotmymonkeys_installationview_creditsEmanueleScilleri_4
WK_PureEvil_Notmycircusnotmymonkeys_installationview_creditsEmanueleScilleri_2
_MG_4947copia2
previous arrow
next arrow

Informations sur l'exposition

Ouverture:

Afficher les dates :

Emplacement:

Horaires d'ouvertures:

Artiste:

Rejoignez l'événement sur Facebook :

This is Tooltip!
14 septembre 2022
This is Tooltip!
14 septembre - 15 octobre
This is Tooltip!
Milan, via Nerino 2
This is Tooltip!
du lundi au samedi de 10h à 14h et de 15h à 19h
This is Tooltip!
Pure Evil

Ouverture:

This is Tooltip!
14 septembre 2022

Afficher les dates :

This is Tooltip!
14 septembre - 15 octobre

Emplacement:

This is Tooltip!
Milan, via Nerino 2

Horaires d'ouvertures:

This is Tooltip!
du lundi au samedi de 10h à 14h et de 15h à 19h

Artiste:

This is Tooltip!
Pure Evil

Wunderkammern a le plaisir de présenter l’exposition solo Not my circus, not my monkeys de Pure Evil à son siège de Milan à Via Nerino 2.

L’exposition de l’artiste anglais Charles Uzzell Edwards, alias PURE EVIL, intitulée Not my circus, not my monkeys, inspirée par une obscure expression polonaise, présente la série la plus célèbre de l’artiste : Nightmare. Pour la première fois à Milan, une exposition d’œuvres sur papier, toile et plexiglas représentant des stars d’Hollywood et des célébrités dont le visage est marqué par une larme sombre caractéristique. Parmi eux figurera Arthur Miller’s Nightmare – Not my circus, not my monkeys,  le portrait de Marilyn Monroe qui donne son titre à l’exposition ; en outre, une édition limitée d’œuvres NFT sera présentée.

La série Nightmare s’inspire des années 1960, l’âge d’or du cinéma américain et européen, marqué par un grand bouillonnement artistique. Des actrices telles que Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor, Natalie Wood et Sharon Tate étaient à l’apogée de leur succès, tandis que le Pop Art de Warhol et Rosenquist étudiait la culture des célébrités, la publicité et le marketing. 

Trois suggestions principales ont conduit l’artiste à la conception de la série Nightmare et de l’exposition de Milan. Tout d’abord, les livres consacrés au Pop Art et aux journaux intimes d’Andy Warhol que Pure Evil a feuilletés dans la bibliothèque de son père, devenant fasciné par l’obsession presque maniaque de Warhol à créer d’innombrables versions de portraits de célébrités.  Le deuxième était un courriel reçu d’un copy village chinois avec en pièce jointe un catalogue de toutes les œuvres d’art disponibles pour la reproduction et l’achat immédiat. Parmi elles, trois œuvres d’Andy Warhol : un portrait de Liz Taylor, un de Jackie Kennedy et une chaise électrique. Saisissant l’ironie de réduire toute la carrière d’un artiste comme Warhol à trois sujets indéfiniment reproductibles et bon marché, Pure Evil a d’abord pensé à se transformer en copy village. Enfin, la dernière source d’inspiration est le film « Who’s Afraid of Virginia Woolf », une réinterprétation cinématographique de la célèbre pièce d’Edward Albee, réalisée par Mike Nichols, dans laquelle Liz Taylor et Richard Burton portent sur grand écran le jeu impitoyable du meurtre d’un couple, dans un contexte d’abus d’alcool et d’insatisfaction bourgeoise. Le film a profondément surpris l’artiste gallois, qui a créé en 2011 l’un des premiers sujets de la série Nightmare : “Richard Burton’s Nightmare – Liz Taylor ». Pure Evil immortalise sur une toile et dans un tirage bicolore le visage de l’actrice qui dissimule les souffrances d’une histoire d’amour compliquée sur le plateau et dans la réalité. Deux mois seulement après la création de l’œuvre, en mars de la même année, Liz Taylor perd la vie et les ventes de l’œuvre de Pure Evil s’envolent. 

« J’ai gardé les choses très simples lors de la création de toute la collection », déclare Pure Evil. « Dans les portraits féminins, les traits sont essentiels, découpés à la main avec une lame tranchante en trois couches de pochoirs et laborieusement « pulvérisés » pour construire les visages. Les yeux dégoulinent de larmes profondes et peintes et représentent des rêves d’amour brisés ».

« À quelques jours de la mort de Claes Oldenburg, l’un des derniers grands pionniers du pop art américain (reste Jasper Johns qui a actuellement 92 ans), il est clair que le message conçu dans les années passionnantes de l’après-guerre est encore plus actuel – affirme dans son texte critique Marta Silvi. Disséminés et camouflés dans la contemporanéité, de nombreux artistes en ont perpétué la portée révolutionnaire en l’évoquant ou en la réinterprétant. Parmi eux, Pure Evil, au siècle Charles Uzzell Edwards, né dans le sud du Pays de Galles, aux Etats-Unis s’approprie le message pop en le dissolvant dans le langage de la rue et le systématise, une fois rentré à Londres, dans une véritable galerie commerciale à Shoreditch qui porte son nom. Dans The Nightmare Series Pure Evil puise dans le bassin d’icônes chères à l’imaginaire pop (les divas, les personnages influents et damnés des obsessions warholiennes) pour diluer sa solidité dans une simplification des traits somatiques et des silhouettes subtiles, mais pleines de larmes de désirs brisés ».

Pure Evil avec la série Nightmare n’embrasse qu’en apparence la culture des célébrités, il regarde ces icônes du cinéma et de la musique d’un œil désenchanté et mélancolique. Malgré leur succès, leurs vies sont chargées de douleur et de tourments, que l’artiste résume dans une larme.

Media partners

Artuu

Collater.al

FACE Magazine.it

Technical partners

Abbazia di Busco

Pure Evil. Not my circus, not my monkeys | Press Kit


    Envoyez-moi le catalogue

    Artistes associés

    This is Tooltip!
    Aucune exposition associée n'a été trouvée