Skip to content

Pure Evil

Charles Uzzell-Edwards (South Wales, 1968) est plus connu sous le nom de artiste graffeur Pure Evil.

Pure Evil : biographie

Fils du peintre gallois John Uzzell-Edwards, Charles cultive sa passion pour l’art dès l’enfance, au contact de l’œuvre de son père et sous l’influence de grands artistes tels que Picasso et Chagall. Cependant, ce qui est déterminant pour sa formation d’artiste, ce sont les journaux intimes d’Andy Warhol et les livres de Pop Art que Pure Evil a lus dans la bibliothèque de son père.

Toujours fan de skateboard et de street style, Charles quitte le Pays de Galles pour Londres afin de poursuivre son rêve et se spécialiser dans la mode et le graphisme. La capitale britannique le fascine, mais le lieu de la plus grande inspiration pour un jeune artiste des années 1990 est la Californie. Un voyage de quelques semaines se transforme en un séjour de dix ans à San Francisco. Aux États-Unis, Charles devient l’un des créateurs de la ligne de vêtements Anarchic Adjustment et travaille comme DJ de musique électronique. Immergé dans un climat de grande effervescence artistique entre la musique et la culture street, Pure Evil est confronté pour la première fois aux graffitis de la côte ouest, qui le fascinent au point qu’il commence à peindre lui-même.

À son retour à Londres en 2000, le street artist apporte toute l’expérience acquise en Amérique et son tag, un lapin avec des crocs, commence à apparaître dans les rues des banlieues de la ville aux côtés des graffitis de Ben Eine, D*Face, Paul Insect et Banksy. Avec eux, il a contribué à Santa’s Ghetto, une exposition collective itinérante qui défie la logique du marché et dont la première édition s’est tenue au The Dragons Bar, situé dans le quartier animé de Shoreditch. L’exposition présentait un ensemble d’œuvres à vendre de tous les artistes représentés par le célèbre atelier de production artistique de l’époque, POW – Pictures On Walls. C’est avec POW que Pure Evil a réalisé sa première réalisation imprimée. Après le succès de la première exposition solo, l’artiste a ouvert en 2007 la Pure Evil Gallery à Shoreditch, sur Leonard Street, et six ans plus tard, il en a ouvert une plus grande qui a non seulement promu son propre art, mais est également devenue un point de référence pour les artistes émergents du monde entier.

Pure Evil : art

L’art de Pure Evil est connu pour se situer à la frontière entre la culture Pop et le Street Art : œuvres qui rejoignent le travail de Warhol et Rosenquist avec la culture des célébrités des années 1960 d’une part, et la sérigraphie et les pochoirs, techniques principalement utilisées par les artistes de rue, d’autre part. Cette combinaison a notamment donné naissance à Nightmare, la série la plus connue de l’artiste. Des visages aux traits simplifiés d’icônes du cinéma américain et de personnalités publiques telles que Marilyn Monroe, Sharon Tate, Liz Taylor et Jackie Kennedy sont représentés avec une larme en eux pour symboliser des vies publiques réussies, tourmentées par des rêves d’amour brisés. À travers cette iconographie sombre, non dénuée d’ironie, Pure Evil vise à explorer les aspects inquiétants de la société, des individus et de la vie en général en réfléchissant à des thèmes tels que le bien contre le mal et la destruction des rêves et des utopies.
En 2015, Pure Evil subit une expérience bouleversante qui le conduit à entreprendre un voyage spirituel en Asie avec sa femme et à la création de deux nouvelles séries d’œuvres : la première intègre des thèmes et des symboles d’origine asiatique, tandis que dans la seconde, les contes de fées et les histoires d’enfance se croisent avec les souvenirs les plus vivaces de l’artiste.

Pure Evil : tag

Le tag de Charles Uzzell-Edwards alias Pure Evil est le plus souvent accompagné d’un lapin avec des crocs. Cette icône fait référence, d’une part, à un épisode désagréable de l’enfance de l’artiste, lorsqu’il a tiré sur un lapin à l’âge de 10 ans et, d’autre part, à sa fille que lui et sa femme ont appelée Bunny en raison d’un jeu de lapins et de dragons qu’ils ont inventé.

Pure Evil : les expositions les plus importantes

Pure Evil a exposé dans de galeries du monde entier, des États-Unis à Hong Kong, de l’Australie au Brésil, et a participé à de nombreuses expositions collectives et festivals. Parmi les expositions les plus récentes, citons : Sleepwalking Towards The Apocalypse à VS Gallery Melbourne (Australie, 2018), Pure Evil à Korsbarsgarden, Gotland (Suède, 2018), Sharpens Steel à Cindy Lisica Gallery Texas (USA, 2018), Murder and Love à CAVE Gallery Venice California (USA, 2017), Dream Baby Dream à Above Second Gallery (Hong Kong, 2017) et Face To Face (avec John Uzzell-Edwards) au Tenby Museum & Art Gallery (Pays de Galles, 2014).

Exposition connexe

This is Tooltip!
This is Tooltip!
Pure Evil
This is Tooltip!
Milan
This is Tooltip!
14 septembre - 15 octobre
This is Tooltip!
du lundi au samedi de 10h à 14h et de 15h à 19h
This is Tooltip!
Pure Evil
This is Tooltip!
Rome
This is Tooltip!
du 26 septembre au 31 octobre 2015
This is Tooltip!
du mercredi au samedi, 11h - 19h

Article similaire

This is Tooltip!
Aucun article associé n'a été trouvé