Skip to content

Trittongo

Informations sur l'exposition

Ouverture:

Afficher les dates :

Emplacement:

Horaires d'ouvertures:

Artiste:

Rejoignez l'événement sur Facebook :

3 octobre 2009, 18h30
du 3 octobre au 9 novembre 2009
Wunderkammern Roma, via Gabrio Serbelloni 124, Roma
du mercredi au samedi, 17h - 20h
Walter Vallini, Gianni Asdrubali, Tea Giobbio

Ouverture:

3 octobre 2009, 18h30

Afficher les dates :

du 3 octobre au 9 novembre 2009

Emplacement:

Wunderkammern Roma, via Gabrio Serbelloni 124, Roma

Horaires d'ouvertures:

du mercredi au samedi, 17h - 20h

Artiste:

Walter Vallini, Gianni Asdrubali, Tea Giobbio

sous la direction de Giorgio Bonomi et Cristina Marinelli 

Le “triphtongue » est un complexe de trois voyelles en une seule syllabe, c’est pourquoi nous l’avons choisi comme titre de cette exposition (la syllabe), qui présente trois artistes aux techniques et poétiques différentes (les voyelles). Cependant, lorsqu’ils sont exposés ensemble, ils ne forment pas une juxtaposition contrastée et contradictoire, mais plutôt une image des différences et, par conséquent, de la possibilité d’une coexistence harmonieuse et fructueuse des diversités. En outre, dans une sorte de « rond-point » où chacun est lié à l’autre, nous avons Gianni Asdrubali, qui est romain, Tea Giobbio, qui est de Turin, et Walter Vallini, qui est romain et vit à Turin: une circularité certainement involontaire mais néanmoins curieuse. 

Gianni Asdrubali est un peintre. Il s’agit d’une peinture sur la surface qui est le lieu des événements. Ici, le vide et le plein, le noir et le blanc, l’achromie et la chromie sont mis en évidence dans l’acte artistique qui crée l’image, le concept et la réalité esthétique elle-même, qui est également donnée comme éthique par l’obstination et la persévérance avec lesquelles Asdrubali réalise son processus créatif magmatique. Le support, qu’il s’agisse de la toile blanche ou du mur lui-même, est indifférent, puisque ses qualités sont données par l’intervention de l’artiste lui-même. Les titres mêmes des œuvres, des néologismes à saveur scientifico-géométrique, signifient que l’art – comme la science, qui procède de la même manière – peut découvrir de nouvelles possibilités, de nouvelles réalités.

Tea Giobbio travaille avec la photographie, principalement en noir et blanc, et prend pour sujet « elle-même », c’est-à-dire son propre corps photographié avec un retardateur. Ici apparaît toujours le « manque », l' »absence », qui est notoirement la base fondamentale pour établir non seulement l’identité mais le concept même de « réalité » (en effet il n’y a pas de « positif » sans « négatif »), et donc de “présence ». Ainsi, Giobbio nous offre la présence de son corps nu mais sans, par exemple, son visage; de son corps enveloppé dans une longue robe mais, encore une fois, elle nous prive de ses traits, tandis que ses pieds, placés en évidence, semblent faire planer toute la figure dans l’air; à d’autres moments, elle utilise le flou de l’image pour créer une atmosphère d’absence; à d’autres occasions encore, nous avons son visage mais caché par ses mains.

Walter Vallini est architecte, mais il se présente ici comme un créateur d’objets que nous pourrions définir comme du « design » mais que nous préférons appeler « sculptures environnementales », à la fois parce que ses objets sont toujours des pièces uniques et parce que ce n’est pas la fonctionnalité de l’objet qui intéresse l’artiste, qui se concentre plutôt, précisément, sur les éléments esthétiques de la création qui acquièrent une signification autonome et autoréférentielle, au-delà de l’utilisation possible. En premier lieu, Vallini est pris par la « matérialisation », pour ainsi dire, de la « lumière », qui semble être son matériau d’affection sur lequel et autour duquel les matériaux sont « ancrés » (acier, plexiglas et bois, toujours élégamment peints). De cette manière, l’objet « artefact » est intégré au contexte pour obtenir un effet d’une grande efficacité esthétique, au service de l’œil plutôt que de la vie quotidienne pratique.

Les espaces du Wunderkammern non seulement se prêtent bien à cette « césure » de trois « éléments vocaux », mais offrent également une occasion unique, étant donné la subdivision des espaces en deux salles et une grotte souterraine, pour des présentations complémentaires, avec les œuvres murales d’Asdrubali et Giobbio au-dessus et celles de Vallini en dessous. 

Envoyez-moi le catalogue

Artistes associés

Aucune exposition associée n'a été trouvée