Skip to content

Microbo

the invisible world fragment_courtesy of Microbo

Microbo (Catane, 1970) se définit comme une citoyenne de la planète Terre et un microbe de l’univers, vivant et travaillant actuellement à Milan. Microbo est l’une des rares femmes pionnières du Street Art international.

Microbo : biographie

Sa première formation a eu lieu au sein de la rédaction historique de Lapis, une publication éditoriale qui a contribué au renouveau culturel de Catane au début des années 90.

Elle s’installe ensuite à Londres où elle rencontre l’artiste Bo130 avec lequel elle noue un partenariat artistique et sentimental qui perdure encore aujourd’hui.

En 2000, ils reviennent ensemble à Milan et ils deviennent les artistes italiens de référence du nouveau courant Street Art underground dans le monde.

Pendant quelques années, elle a été membre de SunWuKung, un collectif artistique italien qui, avec le slogan « divertissement hardcore« , s’est produit dans toute l’Italie, recevant plusieurs prix en très peu de temps également en Europe.

Depuis 2002, avec Bo130, elle a organisé les premiers événements d’art urbain, réunissant pour la première fois les différentes générations de Graffiti Writing dans une seule exposition. Arteimpropria en 2003 et l’Urban Edge Show en 2005 font partie de l’histoire d’une des périodes les plus prolifiques et intéressantes du Street Art international.

Microbo : style

Comme toute forme musicale, elle naît d’une répétition suggestive de sept notes seulement, ainsi l’art de Microbo se développe à partir de la combinaison d’éléments de base avec lesquels elle aime jouer.

Profondément fascinée par le microcosme, l’art de Microbo prend vie à partir d’un alphabet organique ancestral – comme elle l’appelle – composé de créatures organiques et de conducteurs d’énergie qui flottent, presque en l’absence de gravité, dans un espace intemporel. Une évocation constante des arbres de vie et de l’interconnexion qui existe entre toutes choses.

La recherche de l’invisible comme nourriture de l’âme est le sujet constant de l’œuvre de Microbo.

Ses œuvres, en effet, réalisées à l’aide de diverses techniques et matériaux picturaux, racontent des histoires, des mythes, des légendes, qui nous mettent devant notre âme. Ce sont des dogmes et des mystères, chers aux anciens philosophes, impossibles à expliquer scientifiquement, mais si profonds qu’ils touchent le cœur.

Microbo : les expositions et publications les plus importantes

Microbo a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives aussi bien dans des lieux non conventionnels que dans des musées internationaux prestigieux.

Parmi les plus importantes : « Nusign 2.4 » en 2004, l’une des premières expositions d’art de rue en Europe à l’espace ArtCore à Paris ; « Wooster on Spring » à New York en 2006, organisé par Marc & Sarah Schiller fondateurs du premier site américain de Street art « wooster collective » et « Cross The Streets » au MACRO – Museum of Contemporary Art de Rome en 2017.

Ses œuvres font partie de collections d’art privées et publiques en Europe et aux États-Unis.

Dans ce parcours artistique, elle est l’auteur avec Bo130 et Matteo Donini d’Izastikup, une collection unique en son genre dédiée à la culture du sticker.

Expositions sélectionnées

« Popisme » – Palazzo Corvaja, Taormina (2016); « Codes sources » – Palazzo Platamone, Catane (2015); « 10th Anniversary Wooster Collective » – Jonathan Levine Gallery, New York, États-Unis (2013) ; « Back2back », 55. Biennale – Palazzo Ca ‘Bonvicini, Venise (2013); « Prix Michetti 2012 » – Fondation Michetti, Francavilla al Mare (2012) ; « L’art du graffiti » – Forum Grimaldi, Monaco (2011) ; « ÉTIQUETER. au Grand Palais » – Grand Palais, Paris (2010) ; « Apocalypse wow » – Macro Future Museum, Rome (2009) ; « The Streets of Europe », Jonathan Levine Gallery, New York, États-Unis (2008) ; « Révolution de l’art de l’autocollant » – MART, Rovereto (2007) ; « Street art, art doux » – PAC – Milan (2007).

Publications sélectionnées

La carrière artistique de Microbo est documentée dans diverses publications dont :

« Street Logos » – Tristan Manco – Thames & Hudson (2004) ; « L’art de la rébellion » (vol1. Vol. 2 vol. 4) – Christian Hundertmark – Gingko Press (2005) ; « Pictoplasma, Encyclopédie des personnages » – P. Thaler, L. Denicke (2006) ; « Jusqu’à présent » – Matt Ravelli – Ginko Press (2006) ; « Street Sketchbook » – Tristan Manco – Thames & Hudson (2007) ; « Graffiti et Street Art », Anna Waclawek – Thames & Hudso (2011) ; « Eleven Spring » – Marc et Sara Schiller – Wooster Editions (2016) ; « Street Art – histoire et contre-histoire, techniques et protagonistes » – Duccio Dogheria – Giunti editore (2015) ; « Art de la rue » – Rick Blackshaw et Liz Farrelly – Rotovision (2008) ; « La guerre des signes – une autre histoire de l’art » – Marco Teatro – Agenzia X (2021).

Exposition connexe

Aucune exposition associée n'a été trouvée

Article similaire

Aucun article associé n'a été trouvé